Apprendre à apprendre

Zakhartchouk, Jean-Michel. Canopé Editions, 2015, 135 p.


L’avis de SecretsdeProfs : on a aimé ce livre écrit par un prof et formateur de profs, qui donne de nombreuses pistes en lien avec tous les domaines d’apprentissage, en classe et à la maison.

Des chapitres courts sont proposés, avec dans chacun une idée et des références si l’on veut aller plus loin. Certains chapitres s’adressent aux profs et aux techniques applicables avec toute la classe, d’autres sont transposables à l’extérieur de la classe : nous les résumons ci-dessous.


  • Pour apprendre, il faut faire (donc argumenter pour s'entraîner à l’argumentation, rédiger pour s'entraîner à la rédaction…) mais aussi comprendre pourquoi on fait. C’est à dire connaître les opérations mentales qui nous servent à accomplir une tâche. Pour cela, on peut poser des questions aux enfants comme “Est-ce que cette activité ressemble à une autre que tu as déjà faite ? Qu’est-ce qu’il fallait savoir pour y arriver ? Est-ce que tu aurais pu t’y prendre autrement pour répondre ?”

  • Il existe différentes stratégies d’apprentissage dont certaines conviennent mieux à certains enfants : le but n’est pas de mettre une étiquette sur un enfant et de le figer dans un rôle mais de proposer toutes ces stratégies afin que l’enfant fasse ses propres choix.

  • Plusieurs stratégies existent pour retenir une leçon : grâce à des moyens mnémotechniques, en sélectionnant uniquement les informations utiles, en imaginant une image mentale de ce qu’on retient, par des mouvements du corps (le doigt peut battre la mesure : un battement par idée clé par exemple).

  • Comprendre ce qui est demandé, c’est à dire comprendre la consigne, relève aussi de stratégies : on pourra demander à l’enfant de redire la consigne, de la reformuler avec ses propres mots, de faire la liste des ressources indispensables pour y répondre, de réfléchir à ce que le prof attend et à ce qu’il ne voudra surtout pas lire. On pourra aussi passer quelques minutes la veille d’un contrôle à tourner les pages d’un livre ou d’un cahier et de toutes les consignes possibles, plutôt que de refaire plusieurs fois les mêmes exercices, afin de se préparer à toutes les éventualités.

  • Prendre le temps d’apprendre et faire prendre consciences aux élèves de ce temps (en leur demandant de l’estimer, de le mesurer)

  • Savoir chercher l’information : souvent les élèves se jetteront sur internet, mais il ne faut pas diaboliser cet outil. On trouve aussi des choses justes sur internet ! Il convient donc de les former, de leur expliquer ce qu’est une source fiable, un moteur de recherche plutôt que soit les lâcher sans mode d’emploi soit tout interdire ! Ce n’est pas parce qu’ils sont nés avec qu’ils savent spontanément l’utiliser.

  • Recopier, écrire pour apprendre : c’est en écrivant qu’on apprend, c’est par écrit qu’on vérifie les connaissances des élèves. Il ne faut donc pas se contenter de réciter les leçons mais il faut les écrire. Une écriture spontanée, sous forme de notes, de schémas ou de longues phrases. Ces notes peuvent aussi être consignées dans un journal des apprentissages, sorte de journal intime, parce que la narration est une explicitation qui aide à prendre conscience. Et ces notes peuvent être numériques et aideront à organiser des fichiers dans des dossiers.

  • S’auto-évaluer : être conscient de ce qu’on sait faire et de ce qu’on ne sait pas faire aide à chercher des stratégies pour savoir mieux faire. Pour cela, les enfants doivent être guidés et leurs profs mènent en général ce travail avec eux.

  • Enfin, l’auteur termine son livre par des conseils aux parents  : aider son enfant à tenir son agenda sans lui imposer la manière, lui demander de reformuler ses devoirs sans les regarder, attendre au moins une heure entre le moment où on l’interroge et l’apprentissage, l’inciter à construire un film avec des images de ce qu’il a appris, et surtout lui expliquer qu’il existe de nombreuses façons d’apprendre et lui laisser choisir la sienne !

Secrets de Profs