Le travail autonome

Comment aider les élèves à l'acquisition de l'autonomie

Liquète Vincent, Maury Yolande. Armand Colin, 2007, 221 p.


L’avis de SecretsdeProfs : on a aimé ce livre écrit par deux universitaires et formateurs de professeurs stagiaires. Il est destiné à des enseignants - mais le vocabulaire employé n’exclut pas les autres lecteurs -  et leur donne des outils pour faire acquérir l’autonomie aux élèves. Pour cela, il fait s’interroger sur la définition de l’autonomie et les situations propices à son développement.

Il se lit assez facilement, repart dans chaque chapitre de définitions simples, propose des chapitres courts et des encadrés “résumons-nous” en fin de chapitre. On peut le lire plusieurs fois et à chaque fois y entendre une nouvelle nuance. Enfin, il propose des documents utilisés par des profs avec leurs élèves qui peuvent servir de base pour construire ses propres outils (et dont nous nous sommes nourris!).


L’objet, l’histoire et les enjeux de l’autonomie

On y apprend que l’autonomie correspond à une tentative de se servir de ses propres capacités pour agir sans être guidé par un autre. Pourtant, l’apprentissage de cette autonomie n’est pas un acte individuel mais un processus qui se construit à plusieurs : l’élève, ses camarades, ses enseignants, sa famille ont un rôle à jouer.

C’est à l’enseignant d’amener ses élèves à l’autonomie scolaire : s’organiser, acquérir des méthodes de travail, évaluer les résultats et développer un goût pour l’autoformation. Pour cela, il doit alterner des phases où il donne de la liberté aux élèves et des phases d’autonomie “gagnées” lors des phases précédentes. Ce processus est lent et progressif. Comme toute compétence, il existe des degrés d’acquisition et de nombreuses marches à franchir.

Une particularité de l’autonomie dans le domaine de l’éducation est que c’est à la fois le but à atteindre et ce qui permet de l’atteindre.

Une autre particularité est que le métier d’élève est rempli de contraintes auxquelles il doit se soumettre : on lui demande à la fois d’être indépendant et de se soumettre à des règles de vie collective strictes.

Comment favoriser le travail autonome de l’élève ?

On y apprend qu’un individu autonome est capable d’échanger avec le monde extérieur, d’entrer en régulation avec son milieu. Et que l’autonomie se développe en classe par des projets de groupes d’élèves réunis par un objectif.

Le professeur est alors une personne ressource qui accompagne le projet. Son rôle est d’expliciter les démarches et objectifs visés : les contraintes temporelles, la nature des compétences travaillées, les ressources disponibles. Et ensuite de demander à l’élève d’expliciter à son tour afin d’éviter les malentendus.

L’apprentissage de l’autonomie y est décrit comme lié à la capacité à s’auto-évaluer : c’est à dire réfléchir à ses résultats, à ses progrès et à son développement personnel. Des outils y sont présentés pour s’approprier les critères d’évaluation, planifier et gérer ses propres erreurs.

Les conditions d’une pratique de travail autonome de l’élève  

Des styles d’apprentissage y sont décrits afin de prendre en considération que l’élève n’utilise pas forcément le même que la personne qui l’accompagne et qu’il faut lui laisser choisir celui qui lui correspond le mieux.