Nouveau brevet : mode d’emploi

Le brevet a changé de formule en 2018.  

Voyons de plus près ce que cela implique, et comment vous pouvez préparer votre enfant pour cette première étape importante de sa scolarité.


Vers un rééquilibrage de la notation

Jusqu’à présent, pour obtenir le brevet un élève de 3ème devait avoir 350/700 points : avec 400 points affectés au contrôle continu et 300 points aux épreuves de juin.

Ces épreuves valaient : 

  • 50 points pour chaque épreuve écrite : mathématiques - français - sciences - histoire/géographie

  • 100 points pour l'épreuve orale qui porte sur la présentation d'un projet mené en 5ème, 4ème ou 3ème

Certains élèves pouvaient alors se retrouver avec leur brevet en poche avant même d’avoir passé les épreuves finales, en ayant 350 points au contrôle continu. A l’inverse, ceux qui avaient moins de 50 points au contrôle continu ne pouvaient pas obtenir le brevet.

Un rééquilibrage aura lieu pour la session 2018  avec :

  • 400 points pour le contrôle continu ;

  • 400 points pour l’examen final .

Soit 100 points de plus pour l'examen final et des épreuves de mathématiques et de français évaluées sur 100 points au lieu de 50 points chacune par le passé. 

contrôle continufrançais histoire-géomathsoralsciences

Pour les élèves les plus performants, cela donnera plus d’importance à cette seconde partie. Chacun se retrouve en fin d’année avec des objectifs mieux définis qu’actuellement.

 

Du contrôle continu aux épreuves de fin d’année

Le nouveau DNB (l’appellation officielle pour Diplôme National du Brevet) continuera à s’appuyer sur le contrôle continu : il permet à votre enfant d’être évalué toute l’année, et par l’ensemble de ses enseignants, grâce à des compétences identifiées dans le LSU (le Livret Scolaire Unique que vous appelez son bulletin).

En tout il y 8 domaines, qui rapportent chacun de 0 à 50 points.

Cette évaluation, qui s’appuie sur des compétences communes aux différentes disciplines, a démontré son impact dans l’équité de l'évaluation.

 

Vers la fin de l’année scolaire, aux alentours d’avril-mai, se déroulera l’épreuve orale. Elle durera 15 minutes et sera évaluée sur 100 points : 50 pour la qualité de l’expression orale et 50 pour la maîtrise du sujet. Durant l’oral, votre enfant devra présenter un projet mené soit dans le cadre d’un travail interdisciplinaire, soit d’un parcours éducatif. Ces appellations peuvent sembler barbares, il convient donc de faire le point avec lui sur ce qu’il peut présenter. Il saura vous le dire car il a l’habitude de ce jargon éducatif.

Ce premier oral de sa scolarité se prépare au moins une semaine à l’avance. Vous pouvez lui proposer des oraux blancs devant son miroir puis devant un public familial en lui indiquant 2 ou 3 objectifs d’amélioration (vitesse de diction, clarté du contenu, mots de transition...). Cela ne sert à rien d’en envisager plus, l’idée est de donner confiance à votre enfant.

 

Pour résumer voici les modifications :

  • Un équilibrage entre le contrôle continu et l’examen final : 400 points pour chacun.

  • L’augmentation du barème des épreuves de français et de mathématiques 50 → 100 points

  • Une évaluation continue par compétences

  • Une épreuve orale : qui nécessite de s'entraîner